Dis-nous, Pierre Bézier : pourquoi "Pierre de Jumièges" ?
par Christian Boyer (AM Bo.79, ESE 83), octobre 2010 - octobre 2011

1) Introduction
Cercle P. de Jumièges

2) Question
Pourquoi "P. de Jumièges"

3) Réponse
Lettre de P. Bézier

4) Apparition
de P. de Jumièges

5) Création
du Cercle

6) Logo
du Cercle

7) Acteurs
du Cercle

8) Remerciements

2) Question. Pourquoi "Pierre de Jumièges" ?


La Comtesse de Cagliostro.
Enigmes à résoudre autour de l'abbaye de Jumièges

    Au Cercle, nous discutions encore récemment, en 2010, de l'origine de ce mystérieux nom "Pierre de Jumièges". Avec ce même prénom "Pierre", nous étions sûrs qu'il avait été imaginé par notre célèbre camarade Pierre Bézier, l'inventeur des courbes de Bézier, lui qui avait dirigé le Cercle il y a quelques années. En décembre 2005, Jean-Paul Delahaye, l'auteur de l'excellente rubrique "Logique et Calcul" de Pour La Science, m'avait aussi posé la question par mail : "Pourquoi le nom de "Cercle Pierre de Jumièges" ?". Voilà quelle avait alors été ma réponse :

      Mon hypothèse est que Pierre Bézier, grand amateur d’énigmes mathématiques ou autres, était peut-être aussi amateur des énigmes que l’on trouve dans Arsène Lupin : Maurice Leblanc vécut à Jumièges, et y localise quelques aventures d’Arsène Lupin.
      Il se trouve en plus que l’église située dans l’abbaye royale de Jumièges se nomme « St Pierre ».
      Mais peut-être ai-je tout faux.

    Hypothèse reprise en 2008 par Jean-Jacques Dupas dans Tangente, voir ici. Sur Lupin-Leblanc à Jumièges, voir http://jumieges.free.fr/lupin.html. J'étais d'autant plus frustré que je me rappellais avoir moi-même posé cette question à Pierre Bézier, mais honte à moi, je ne me rappellais plus de sa réponse... Nous avions échangé pas mal de courriers dans les années 80, rapprochés par notre double passion commune pour les mathématiques récréatives et les calculs informatiques (je tenais alors des rubriques régulières dans Le Petit Archimède et L'Ordinateur Individuel), et par notre double formation commune (Arts et Métiers + Supélec) effectuée avec toutefois... 50 ans d'écart...

Cette hypothèse était d'autant plus plausible que Pierre Bézier était facétieux, et avait déjà inventé un autre pseudonyme, le professeur Onésime Durand, derrière lequel il se cachait pour faire croire que ses travaux sur les courbes se basaient sur les études d'un brillant mathématicien... qui n'était autre que lui-même ! Extrait de son interview parue dans Science & Vie Micro de février 1990 :

    Durant des années, quand je présentais mes travaux à la Régie Renault ou ailleurs, j'invoquais les recherches d'un professeur mythique que j'avais appelé Durand. Je lui avais attribué les résultats de mes propres réflexions, ce qui donnait confiance aux gens. Parce que si j'avais dit qu'il s'agissait de polynômes définis par moi-même, je crois que je serais devenu une abomination pour la maison ! Alors je parlais des fonctions de Durand et les gens regardaient les courbes, très satisfaits. J'ai même enseigné ces fonctions au Conservatoire National des Arts et Métiers. On m'a encore récemment demandé des nouvelles de Durand, voici trois ans chez General Motors...

Alors dis-nous, Pierre Bézier, pourquoi "Pierre de Jumièges" ? Réponse ici !


    Pierre Bézier en 1990
    photo de Science & Vie Micro